mercredi , 22 novembre 2017
Accueil » articles » 8 Grands ‘signaux’ à considérer pour un bon classement sur Google

8 Grands ‘signaux’ à considérer pour un bon classement sur Google

Comment Google classe-t-il les sites web sur les résultats de leur moteur de recherche ? Voici 8 ingrédients qui font la différence.

Il est connu de tous que l’algorithme utilisé par Google pour son classement comprend 200 composants, ou ‘signals’ (signaux). C’est une liste très impressionnante, alors elle peut être intimidante pour les personnes ordinaires qui n’ont que 24 heures pour chaque journée.

Heureusement, avec les SEO, on ne parle pas de maitriser impeccablement tous les détails, mais plutôt de bien réaliser les priorités. Nous montrons dans cet article les huit plus importants facteurs à considérer pour un bon classement sur Google. Cette liste est basée sur les études faites par SearchMetrics, Backlinko et SEO PowerSuite. Lisez cet article pour connaitre ces facteurs et savoir comment optimiser votre site en fonction d’eux.

Backlinks

Pour simplifier, les backlinks sont les liens rentrant vers un site. Surprise, surprise, n’est-ce-pas ? En 2017, le backlink est toujours le facteur le plus proéminent pour le classement de Google. Voyons les facteurs qui peuvent contribuer ou non à vos backlinks.

 

 

1. Points marqués par les liens (Link score)

Comment Google transforme-t-il le concept abstrait des backlinks en un signal quantifiable pour leur classement ? Google explique qu’ils le font en calculant les points marqués par un lien. Les points sont comptés à partir des points basés sur la qualité de chaque lien (autrement dit PageRank) et le nombre de liens vers le site.

Le nombre de liens rentrant est donc une partie importante. Cependant, sachez qu’en 2017, vous ne pouvez pas vous permettre d’utiliser des spammes ou des liens de bas-qualité. Il faut aussi noter que les liens venant d’un même nom de domaine n’ont pas vraiment d’impact, puisque Google ne prendra en compte qu’un seul des liens de ce domaine pour l’évaluation de votre profil. Donc en termes de quantité de liens, ce qui compte c’est le nombre de domaines distincts qui utilisent le lien.

La mesure de la qualité d’un lien, quant à elle, est moins évidente. On sait que PageRank est toujours un facteur clé dans l’algorithme de Google, même si sa version publique n’est plus disponible. Heureusement, il y a encore des alternatives disponibles qui suivent la formule originale de PageRank, comme InLink Rank (un SEO PowerSuite récemment lancé).

2. Pertinence du texte d’ancrage (mais n’en faites pas trop quand même !)

Pour faire simple, le texte d’ancrage est le mot ou groupe de mots, souvent de couleur bleu, qu’on utilise pour signaler un lien. Par exemple, le texte d’ancrage dans la phrase « comme InLink Rank (un SEO PowerSuite récemment lancé) » c’est InLink Rank. Le texte d’ancrage est une autre partie du concept des backlinks qui affecte le classement. Tout comme le contenu de votre page, les ancrages des backlinks informent Google de ce dont votre page parle et comment elle devrait être classée. Evidemment, vous devez prendre en compte Penguin et faire en sorte que ces textes d’ancrages soient variés et naturels. Il faut que vous ayez la bonne balance.

 

 

Mais c’est quoi exactement une « bonne balance » ? Hélas, il n’y a pas de réponse universelle à cette question. Cependant, ces statistiques (venant de domaines différents) sur les textes d’ancrages pourraient vous donner une idée.


Légende :

Naked Url : Les textes d’ancrage directement sous forme d’URL

Generictext : Des mots ou phrases générales comme « cliquez ici »

Topic-related : Mots clés liés à l’article ou à la page

Exact match text : Si on mentionne directement le nom ou le titre de l’article

Brandedtext : Utilisant directement le nom de la compagnie, de la page ou du site

Comment optimiser votre site ? :

Jetez souvent un œil aux SEO de vos concurrents (concernant les liens) pour avoir une idée du nombre de points que vous devez gagner avec vos liens, et la quantité de travail à fournir pour atteindre le niveau. Pour réaliser cela, vous avez besoin d’un outil qui vous permet de comparer les profils de différents sites en fonction de plusieurs critères. SEO SpyGlass avec son module Domain Comparison (Comparaison de Domaine) est un de ces outils. Lancez-le, créez un projet pour votre site, puis allez vers le Domain Comparison et ajoutez-y un par un les noms de domaines de vos concurrents majeurs. Ainsi, vous allez voir la comparaison de votre profil et ceux de vos rivaux en fonction de différents aspects concernant les liens.

 

 

Contenu

Evidemment, le contenu c’est le roi. Mais c’est quoi un contenu de qualité d’après Google ? Voici trois choses à considérer.

1. Utilisation de mots clés

Pour Google, votre titre reste le signal le plus important. En 2017, utiliser des mots clés ou des variations dans le title tag (tag du titre) est toujours aussi important (plus proche du début, mieux c’est !). Le meta description, même s’il n’a qu’un petit impact, peut aussi influencer le moteur de recherche. Finalement, n’oubliez pas d’utiliser des mots clés dans la page même, en se rappelant que de tous les heading, le tag H1 est celui qui a le plus de valeur pour le SEO.

2. Longueur  du contenu

Google explique dans ses instructions concernant la qualité de recherche que la longueur du contenu d’une page est importante pour déterminer sa qualité en général, et de ce fait, importante pour le classement. Mais clairement, il n’y a pas de longueur de contenu idéale à atteindre. Google explique que ‘la longueur nécessaire du contenu d’une page pour qu’elle soit satisfaisante dépend du sujet et du but de la page’.

Pour avoir une référence réaliste sur la longueur satisfaisante d’un contenu, regardez les pages liées à vos mots clés et qui sont bien classées, et apprenez de leurs stratégies.

 

 

3. Complétude

RankBrain (lancé en Octobre 2015) forme une partie de l’algorithme Hummingbird de Google et,  selon Google, il est inclus dans chaque requête. RankBrain analyse les résultats en fonction de certaines mesures de satisfaction d’utilisateur, puis identifie les caractéristiques communes de ces résultats. Ces caractéristiques qui font d’eux de bons résultats de recherche.

Puisque la plupart des contenus en ligne sont des textes, ces caractéristiques sont souvent des mots ou phrases utilisées sur la page. Pensez à ceci : Si vous recherchez «choses à voir à new york», il est logique que les résultats complètes montrent « time square», « central park», « empire state bulding» et ainsi de suite.

Mais ce n’est pas toujours aussi évident. Savez-vous que chacun du top 10 des résultats pour « best new york bagels» (meilleur bagel de new york) mentionne « creamcheese» (fromage à la crème) ?

Comment optimiser votre site ? :

WebSiteAuditor est un outil qui vous permet d’analyser des pages en fonction de différents facteurs, comme l’utilisation de mots clés ou la longueur de contenu. L’outil va aussi analyser la complétude de vos pages en utilisant  l’algorithme TF-IDF et vous donnera des recommandations en prenant compte vos plus grands concurrents.

 

 

Pour commencer, lancez WebSiteAuditor, créez un projet et allez sur Content Analysis. Spécifiez la page que vous voulez optimiser et les mots clés que vous ciblez. Après, analyser les différents facteurs montrés sur les résultats, pour voir des statistiques ou recommandations sur l’utilisation de mot clé. Regardez la section Competitors pour voir comment vos concurrents se portent avec chaque élément des résultats.

Maintenant, regardez le Word count in body (nombre de mots) et voyez la comparaison du nombre de mots sur votre page avec celui de vos concurrents.

Finalement, passez au tableau de bord TF-IDF pour voir une liste des mots que beaucoup de vos concurrents utilisent (vous vous souvenez de RankBrain ?) et pour voir des suggestions pour votre contenu. Inspirez-vous de ces informations pour rendre le contenu de votre page plus pertinent et complet.

Il est temps maintenant de faire des changements à votre page. Allez vers Content Editor et optimisez la page de suite ! Quand vous aurez fini, cliquez sur le bouton ‘save’, en haut à droite de l’écran, pour télécharger l’HTML optimisé sur votre disque dur. Il sera, alors, prêt à être charger sur votre site.

 

 

L’aspect technique

L’aspect technique sur lequel votre site est basé est crucial pour votre SEO (et pas seulement le SEO). Voici deux facteurs pris en compte pour le classement.

1. La rapidité de la page

Google s’attend à ce que les pages s’ouvrent, au maximum, en deux secondes. Ils ont confirmé que cette rapidité est un signal qu’ils prennent en compte pour leur classement. La rapidité a aussi un impact sur l’UX : les pages lentes ont un taux plus élevé de rebond (bounce rates) et bas taux de conversion.

Les ressources non-compressées (scripts, images et fichiers CSS) sont souvent les causes de cette lenteur.

2. Adaptation des pages pour les appareils mobiles

Si vos pages ne sont pas optimisées pour les smartphones, elles ne vont pas du tout être classées pour les recherches sur mobile. Ce n’est pas une chose que vous pouvez vous permettre en 2017, puisque plus de la moitié des recherches sur Google sont faites à partir d’appareils mobiles.

Et cette attention pour les appareils mobiles va probablement continuer parce Google s’engage à passer à l’indexation mobile.

Comment optimiser votre site ? :

Pour voir si votre page passe le test de rapidité et le test pour mobile de Google, allez sur Content Analysis (Analyse de contenu)> Page Audit (Audit de page) dans le WebSiteAuditor et regardez le Technical factors (Facteurs techniques). Examinez les sectionsPage usability (Mobile) et Page speed (Ordinateur). Puis, cliquez sur n’importe quel facteur montrant un statut Error (Erreur) ou Warning (Avertissement), pour voir les détails et savoir comment fixer les problèmes.

Satisfaction de l’utilisateur

Le débat sur l’utilisation des facteurs d’attitude pour le classement a déjà existé pendant des années. Mais comme Google le dit lui-même, ‘les recherches faites par les utilisateurs sont souvent les meilleurs facteurs pour juger la pertinence. Cela veut dire que s’ils choisissent un résultat particulier, ce résultat est forcément pertinent ou, au moins, plus pertinent que les autres alternatives’.

 Taux de clics (CTR)

Le taux de clics (CTR / click-through rate) d’un SERP (SearchEngineResultsPage) est le rapport entre le nombre de fois où le résultat d’une recherche a été cliqué avec le nombre de fois où il a été affiché comme résultat de recherche. Beaucoup d’articles publiés par Google montrent que Google considère le taux de clics comme un signal pour leur classement. L’étude faite par SearchMetrics montre même que de tous les facteurs examinés, le taux de clics a le plus de corrélation avec les classements.

 

 

C’est vrai que corrélation ne signifie pas ‘absolument’. Mais il est difficile de contredire les faits qui montrent que l’augmentation du taux de clics a, presque immédiatement, comme résultat un meilleur classement.

Comment optimiser votre site ? :

La première chose à voir est le taux de clics de votre SERP. Dans Google Search Console, allez sur le rapport Search Analytics et cliquez sur Clicks (le nombre de clics), Impressions (le nombre de fois ou le résultat a été affiché), CTR (le taux de clics) et Position.

Evidemment, le taux de clics varie selon le type de recherche, mais en règle générale, vous devez avoir dans les 30% de taux de clics pour le premier résultat, 15% pour le deuxième et 10% pour le troisième.

Si le taux de clics de vos pages est largement au-dessous de ces moyennes, vous devez faire des efforts pour hausser le niveau. On peut dire que ce sontles niveaux minimums tolérables. Maintenant pensez à comment vous allez faire pour que vos snippets°°°soient attrayants et regardez ceux de vos concurrents pour vous inspirer.Pour modifier et voir un aperçu de vos snippets Google: ouvrez WebSiteAuditor ; allez vers Content Analysis (Analyse de contenu)> Content Editor (modification de contenu) ; cliquez sur Title& Meta tags. Une fois que vous êtes satisfait, cliquez sur save pour télécharger le fichier HTML sur votre disque dur.

Le snippet Google désigne la façon dont Google présente une page dans les résultats de recherche. Le snippet comprend souvent un titre, une description et parfois des informations supplémentaires (images, votes, prix …). Voir l’image ci-dessous.

 

Snipp et Google

Conclusion

Le SEO est une science complexe, multidimensionnelle et qui ne cesse d’évoluer. C’est logique si vous n’arrivez pas à suivre chaque détail, et vous n’avez pas besoin de faire cela. Mais si vous vous fixez des priorités, comme les huit facteurs qu’on a considérés, et que vous regardez souvent ce que vos concurrents font, vous allez surement les dépasser en termes de SERP.

 

 

Consulter aussi

13 Façons de gagner de l’argent avec WordPress durant le quatrième trimestre

Le dernier trimestre de l’année est une période stressante pour tout le monde, et sûrement …

Watch Dragon ball super